Herpès

Qu’est-ce que c’est l’herpès ?

L’herpès génital est une infection transmissible sexuellement (ITS). Il est causé par 2 types de virus. Il se transmet lors des rapports sexuels lorsqu’il y a contact de la peau entre une personne infectée et une personne saine. Il se caractérise souvent par des vésicule douloureuse dans la région génitale ou au pourtour de la bouche (herpès buccal). Il peut être asymptomatique chez la personne infectée et être pour autant contagieux.

À quoi ressemble l’herpès ?

L’herpès peut avoir differentes présentations. Cela peut dependre s’il s’agit de la première infection (infection primaire) ou d’une infection  répétitive (infection récurrente). Le moment dans la maladie de cette éruption peut également jouer un rôle dans la présentation. Une éruption de quelques heures peut être différente d’une éruption de 3 jours par exemple.

Dans les premiers jours, les lésions sont souvent caractérisées par des vésicules claires et une rougeur au pourtour de celles-ci. Un oedème de la région peut également être présent. S’il s’agit d’une infection primaire les lésions sont isolées et largement espacées. Dans les infections récurrentes, les lésions sont rapprochées en forme une grappe. Plusieurs infections peuvent avoir lieu au même moment.

Entre le jour 1 et le jour 7 les vésicules éclateront et formeront des ulcères peu profond et douloureux. Les petites lésions qui sont rapprochées peuvent parfois s’unir et former un seul ulcère. Il est possible que les lésions une fois éclatées peuvent s’infecter et voire même devenir nécrotiques.

Lors d’une première infection, l’herpès peut se manifester sur plusieurs sites tels que la bouche, l’anus, la région génitale, les aînes, les cuisses et les fesses.

Quels sont les symptomes de l’herpès ?

L’herpès peut être asymptomatique. Cela signifie qu’une personne peut être infectée et transmettre l’infection sans le savoir.

Lorsque l’herpès est symptômatique, il est possible dans les jours précédant l’éruption de ressentir une douleur, un picotement, des démengeaisons ou un brûlement au site. Bien souvent, les gens qui ont des éruptions à répétitions pourront sentir les malaises décrits et pourront prédire une prochaine éruption herpétique.

Lors d’une infection primaire, les personnes infectées peuvent avoir en plus des éruptions des malaises tels que de la fatigue, des maux de tête, de la photophobie et de la fièvre.

Lors des infections récurrentes, les symptômes sont souvent moins sévères et moins longs.

Dans certains cas, l’infection peut atteindre les organes génitaux internes tel que l’urètre ou le vagin. Des douleurs vives peuvent alors être ressenties et uriner peut être douloureux.

Comment se transmet l’herpès ?

L’herpès se transmet lors de rapports sexuels avec ou sans pénétration. Les contacts sexuels entre les organes génitaux, l’anus, la bouche et le partage d’ojets sexuels sont des pratiques à risques.

L’herpès peut se transmettre avec ou sans lésions appararentes. Il est possible d’avoir l’herpès et ne pas le savoir.

Le virus se transmet lorsqu’il y a contact entre une peau saine et une peau infectée. L’herpès forme de petites vésicules claires chez la personne infectée. Ces vésicules sont parfois non-visible. Celles-ci eclatent au contact de la peau du partenaire sain et déversent leur liquide sur celle-ci. Le liquide des vésicules contient le virus de l’herpès qui est très contagieux.

Le virus peut également se transmettre si la personne touche ses lésions et ensuite touche une personne infectée.

Comment fait-on le diagnostique de l’herpès ?

Le diagnostique du virus de l’herpès se fait généralement à l’examen physique. Une simple observation est généralement suffissante. Ces signes visibles seront également accompagné d’une évaluation des pratiques sexuelles du patient et des symptômes qui seront décrits par celui-ci.

Les lésions herpétiques ne se manifestent pas toujours de la même façon pour chaque individu. Parfois elles peuvent être difficiles a repérer voire absentes. Le moment de la maladie peut également influencer le diagnostique. Par exemple, une personne qui consultera pour une sensation de picotement sur la cuisse depuis 2 jours et ne présentant aucunes lésions risques de ne pas avoir un diagnostique d’herpès. L’éruption est le plus souvent la raison du diagnostique.

La forme, la taille, la couleur, le nombre sont également considérés dans le diagnostique. Lors de doute, il existe une culture qui est possible de réaliser.

Il existe également un test sanguin qui permet de savoir si la personne est infectée par le virus de l’herpès type 1 ou type 2. On fait alors une recherche des anticorps.

Comment traite-on l’herpès ?

L’herpès est causé par un virus et non une bactérie. Il n’existe aucun traitement pour guérir contre l’herpès. Lorsqu’une personne est infectée, elle le restera pour sa vie.

Lorsqu’une personne présente des symptômes, un traitement doit-être débuté le plus tôt possible. Idéalement un traitement doit être donné dans les premiers 24 heures et ne doit pas dépasser 72 heures. Après ce délai, le traitement est inefficace.

Le traitement aide a atténuer la durée et l’intensité des symptômes. Il ne peut pas guérir l’infection car il s’agit d’un virus.
Il est le plus souvent offert par des comprimés oraux ou en crème. Ce sont tous des antiviraux. L’acyclovir, le famciclovir, la valacylovir sont les médicaments utilisés pour le traitement de l’herpès. La prise de la médication se fait généralement entre 2 et 3 fois par jours pendant 3 à 10 jours.

Certaines personnes qui sont plus sévèrement touché par le virus doivent prendre un traitement tous les jours. Ce sont des cas rares qui sont affectés par le virus de façon répétif ou d’intensité anormale.

La prise de bain avec sels de bains et l’application de compresses froide peuvent aider a soulager.

Quelles sont les causes et les complications de l’herpès ?

L’herpès est causé par un virus. Il existe 2 souches herpétiques : l’herpès simplex de type 1 (VHS-1) et de type 2 (VHS-2). La souche de type 1 serait responsable de seulement 10% des cas d’herpès génital contre 90% pour la souche de type 2. Peu importe le type de virus, les 2 souches peuvent être la cause d’herpès buccal ou génital mais à proportions différentes. Le traitement sera le même pour les 2 souches.

Le virus de l’herpès se transmet par contact de la peau. Il infecte le nerf de la région atteinte sur la peau saine et peut se propager en suivant celui-ci jusque dans un ganglion. Lorsque le virus ne se manifeste pas, il est en dormance ou en phase latente dans se ganglion. Lorsqu’il se réveille et qu’il est en récidive, le virus peut se propager le long du nerf infectée jusqu’à la peau et peut ou ne pas créer des symptômes tels que des picotements, brûlement, douleur, vésicules et ulcères. Le virus suit alors toujours le trajet d’un nerf en particulier. C’est ce que l’on appelle un dermatome. C’est pourquoi le virus ne se propage pas dans tous le corps. Il peut toutefois infecter plusieurs dermatome et les récidives se manifester ensembles ou séparément.

Les complications dû à l’herpès sont rares. Elles atteignent plus souvent les personnes à risques tel que les femmes enceintes et les personne ayant un système immunitaire faible.

La méningite herpétique atteint 10% à 30% des patients. Il s’agit d’une infection des membranes qui recouvrent le cerveau et des liquides qui y circulent. Elle se caratérise par des maux de tête, de la photophobie et de la fièvre. Elle peut devenir grave et doit être traité sérieusement.

L’herpès qui atteint les organes génitaux internes tels que l’urètre et la vessie peut bloquer le passage de l’urine et faire de la rétention urinaire. L’utilisation d’un tube vésical peut être nécessaire dans certains cas.

Le virus peut également donner des infections aux yeux graves qui peuvent entraîner une cécité.

Un nouveau-née exposé au virus lors de l’accouchement peut donné des dommages au cerveau, de la cécité et voire même la mort. Une césarienne peut parfois être nécessaire pour éviter ses complications.

L’herpès est aussi en lien avec un risque plus grand de contracter une ITS tel que la chlamydia, gonorrhée, des condylomes, vaginite bactérienne, vih et hépatite.

Comment peut-on prevenir l’herpès et ses complications ?

L’herpès une infection transmissible sexuellement. Tout comme les autres ITS, un comportement responsable dans ses habitudes sexuels aide à la prévention de la maladie. L’utilisation du condom aide a diminuer le risque de transmission de l’herpès sur les régions qui sont exposées. Les autres régions tel que les aînes, les cuisses, les fesses, l’anus, le scrotum, la vulve courent malgré tout un risque important. L’abstinence reste le seul moyen de complètement prevenir l’infection.

Un grand nombre de partenaire augmentent les chances d’être en contact avec le virus.

Éviter de partager des vêtements ou des objets sexuels.

traiter le plus rapidement possible le virus peut améliorer la durée et l’intensité des manifestations.

Le tabac joue un rôle sur le systeme immunitaire. les fumeurs pourraient avoir plus de difficultés a se débarasser des lésions

Informer son partenaire que l’on est infecté par le virus et prendre les protections nécessaires pour éviter une contamination ( condom, condom coupé pour culliningus, etc)

Utiliser la médication tel que prescrite. Aide a atténuer la durée et l’intensité de l’infection. La prise de médicaments pourrait également aider a garder le virus en latence.

porter des vêtements amples et en cotton pour éviter toute friction et causé la rupture des vésicules.

Garder la région infectée propre et sèche. Une région humide peut propager l’infection plus facilement.

Se laver les mains régulièrement et après chaque fois que l’on touche la région infectée aide a prévenir la propagation.

Images herpes:

ITS – MTS – IST